Pour la plupart, les romans retracent les réalités socioculturelles d’un espace géographique donné. Ils sont non seulement le fruit de l’imagination des auteurs, mais également le reflet de la société, en générale, qu’ils peignent à l’aune de leurs expériences personnelles. Au nombre des auteurs qui ont du succès dans le monde des livres, Yves Grevet se distingue particulièrement à travers son œuvre qui est intitulée « Méto : la maison ». Après s’être essayé, à maintes reprises, à la littérature pour adulte, cet instituteur de formation a véritablement révélé ses talents d’écrivain par le biais de la littérature de jeunesse. « Méto : la maison T1 » publiée en 2008 a déjà connu quatorze récompenses dont le prix Tam-tam, dans la catégorie « Je bouquine ». Traduits en 8 langues, 100.000 exemplaires de ce livre ont été déjà vendus. Il s’agit donc d’un succès commercial qui pousse à faire un petit détour pour en sortir les motifs d’une telle réussite. Qu’est-ce qui peut expliquer autant d’engouement des lecteurs pour l’œuvre? Nous vous proposons ici la sélection de  5 raisons fondamentales  de lire l’ouvrage et d’en parler autour de vous.

Résumé de Méto : la maison T1

Le tome 1 de ce livre édité par Pocket est constitué de 10 chapitres. Il met en vedette un  adolescent du nom de Méto. Ce dernier vit dans une maison, en compagnie d’autres enfants plus ou moins de son âge, soixante-trois plus précisément. Les soixante-quatre compagnons d’infortune ne savent rien de leur passé ni de la façon dont ils ont pu passer le portail de cette maison mystérieuse. Ce qui est certain, c’est qu’ils y vivent et n’ont pas le droit d’en sortir.  La vie dans cette société toute particulière est organisée de telle sorte qu’une couleur est attribuée à chaque tranche d’âge. Ainsi les plus jeunes étaient en bleu ciel, les moins jeunes en bleu foncé, les intermédiaires en violet et les plus âgés en rouge. C’est à cette dernière catégorie qu’appartient notre jeune ami Méto, qui supporte de moins en moins les conditions de vie injustes, à son goût. Avec l’aide de certains de ses co-pensionnaires, Méto bravera beaucoup d’obstacles pour découvrir toute la vérité cachée autour de leur mystérieuse existence.

Thèmes abordés

Ce roman retrace à lui seul les dures réalités d’une vie en groupe où pour survivre, tous les coups sont permis. Au-delà de l’esprit de solidarité qui y ressort, des pratiques très peu vertueuses ont lieu dans cette maison :

  • le mensonge ;
  • la terreur ;
  • les complots de toutes sortes ;
  • les intrigues.

Le tome 1 qui est d’ailleurs le premier acte d’une trilogie présente plutôt une histoire assez originale dans le monde de la jeunesse. Il évoque la révolte qui peut être perçue comme la capacité à renverser l’ordre établi sur l’injustice et la brimade. Conscient de la cible de son ouvrage, l’auteur a bien sûr pris soin de concevoir une aventure à la fois passionnante qu’entraînante.

Style de l’auteur

Yves Grevet a plutôt préféré un style direct pour la narration de l’histoire de Méto et ses compagnons. Pour éviter tout risque d’isolement entre le lecteur et le héros de l’ouvrage, l’auteur a exprès utilisé la première personne du singulier. Le lecteur est donc dans le personnage principal et vit les actions en même temps que lui.

Le roman pourrait a priori être dédié uniquement à la gent masculine, vu qu’il n’y a que des personnages masculins.  Ce choix de l’auteur n’est certainement pas fortuit, mais il n’exclut pas le monde féminin qui est lui aussi adepte des aventures passionnantes où le suspense est à son comble.

Avis des critiques

La majorité des critiques s’accorde sur la qualité de l’œuvre, à travers le suspense que l’auteur a su maintenir du début jusqu’à la fin de l’aventure, en ce qui concerne ce tome 1. Même s’ils soulèvent le caractère quelque peu angoissant  du récit, à son entame, ils reconnaissent tous qu’il s’agit d’une histoire de plus en plus intéressante au fil des pages. Parlant justement du caractère captivant de ce livre, évoquons quelques raisons qui fondent son succès.

Un roman qui aiguise votre patience

Contrairement aux romans classiques de jeunesse qui racontent des histoires courtes avec très peu de rebondissements, « Méto : la maison T1 » relate plutôt une aventure de longue haleine. Seuls les lecteurs patients auront le privilège de découvrir une histoire palpitante. Yves Grevet a pris tout son temps pour concocter un récit qui vous fait traverser plusieurs états d’âme : la frayeur, la révolte, l’incompréhension… Le début de l’histoire ne laisse pourtant rien envisager de tel. Le roman est donc une aubaine pour cultiver l’amour de la lecture et à déguster  page par page, les délices d’une aventure palpitante.

Une science-fiction fantastique

Les amoureux de la science-fiction trouveront leur compte dans ce roman d’Yves Grevet.  Au-delà du choix intelligent des personnages et de l’univers mystérieux dans lequel l’auteur plonge le lecteur, « Méto : la maison T1 » n’est pas qu’une simple science-fiction.  Il mêle dystopie, adolescence et aussi du fantastique. Reconnu pour le fouetté de sa plume, le roman d’Yves Grevet se lit facilement, ce qui augmente d’ailleurs l’intérêt du lecteur à en savoir davantage.

Un récit qui se laisse découvrir

« Méto : la maison T1 » est un roman qui commence par une scène d’actions sans autres formes de formalités. L’auteur a choisi de ne pas faire une présentation préalable des personnages. Il a laissé la latitude aux lecteurs de découvrir les protagonistes et les sujets que traite le roman. Le lecteur est poussé donc dans le vif du sujet et va à son rythme dans la découverte du récit. Il pourra lire sans le stress d’une cadence imposée par l’écrivain.

Un personnage captivant

Le principal protagoniste de l’ouvrage est d’une personnalité très attachante qui donne envie de découvrir davantage sur ses capacités à affronter les risques, à la quête de sa liberté. Il était prêt à tout pour comprendre les tenants et aboutissants du monde mystérieux dans lequel il vivait. L’une de ses célèbres phrases résume d’ailleurs toute sa personnalité : « Souffrir beaucoup pour être transformé ou souffrir le restant de mon existence pour avoir refusé la souffrance ». Cela traduit la trempe de son caractère et révèle un personnage déterminé.  Le lecteur est embarqué dans les pensées de Méto et vit avec lui ses angoisses et ses motivations. La répercussion positive  sur la mentalité du lecteur est vite opérée.

Une plongée dans un monde nouveau

Il faut avouer que le roman décrit un monde né de la fantaisie d’un auteur très bien inspiré. Cet univers n’a rien à voir avec notre monde. Au début l’auteur laisse croire qu’il s’agit d’une histoire banale qui se déroule dans une pension tout aussi banale. Mais très vite, Méto  sort le lecteur de sa torpeur quand il décrit la vie dans cette fameuse maison au nouveau pensionnaire. Ainsi démarre l’exploration d’un monde énigmatique qui pousse chaque fois un peu loin, l’appétit d’en savoir plus.  La soif de découverte devient plus grande quand il s’est agi de déceler les dessous de complots ourdis et de percer le secret du fonctionnement du système.

La science-fiction

Encore appelés roman d’anticipation, les ouvrages de science-fiction s’inscrivent dans un style littéraire tout particulier. Si elle fait la part belle aux avancées technologiques, ils plongent les lecteurs dans un monde différent du nôtre et abordent des thèmes tout aussi particuliers comme les extra terrestres, la vie après la mort, les génies… Le lien est vite fait avec la mythologie et la dystopie  avec des fins souvent tragiques et surréalistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici