La Vie à mille décibels de Rachael Lucas

Age : 12 -15 ans
Éditeur : Albin Michel : Litt’ (2017)
310 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon 

Grace est une adolescente atteinte du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Sa vie est une succession de petites routines jusqu’à ce que son monde vol en éclats : sa petite soeur est de plus en plus secrète, son père est absent, sa mère passe de plus en plus de temps avec sa meilleure amie Eve et elle connaît ses premiers émois amoureux…

J’ai choisi ce roman parce que le résumé me plaisait et parce que l’autisme est un sujet qui m’intéresse. J’avais aussi envie de découvrir une histoire originale, portée par une héroïne différente. Surtout, ce qui me tentait dans ce roman c’était de découvrir le quotidien d’une adolescente autiste, qui vivrait ses premiers émois amoureux. Ce serait forcément un peu différent des histoires d’amour habituelles. J’ai donc commencé cette lecture confiante et pleine d’entrain, mais malheureusement mon enthousiasme s’est peu à peu effrité.

Je vais être honnête, je n’ai pas terminé ce livre. Les 80 premières pages ont été très fastidieuses, je me suis encore accrochée et ensuite j’ai abandonné car je n’arrivais pas à m’attacher à Grace et à me passionner pour son histoire d’amour avec Gabe et son quotidien. Je ne parle pas des longs passages à l’écurie…. J’ai donc trouvé que c’était une histoire lente.

De plus, le quotidien de Grace m’a paru assez banal alors même que je cherchais dans cette lecture à découvrir une vie qui sorte de l’ordinaire. J’ai aussi trouvé que la question de l’autisme n’était pas assez abordée et qu’elle ne servait finalement que de toile de fond, de prétexte pour les différents rebondissements. Je n’ai donc pas trouvé que cette lecture m’avait vraiment enrichi sur la connaissance de ce handicap. A mon sens ce sujet a été sous-exploité par l’auteur et aurait pu vraiment donner plus de singularité à cette histoire. En fait, Grace apparaît surtout comme une fille timide, introvertie et un peu maladroite mais ça ne suffit pas à nous faire comprendre le quotidien d’une autiste et leur mode de fonctionnement.

Ma Vie à mille décibels est donc une déception. Je pense qu’il séduira surtout un public de jeunes ados friands d’histoire d’amour plutôt que des lecteurs qui s’attendaient, comme moi, à en savoir plus sur l’autisme. Un roman comme Le Bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark Haddon ( le seul que j’ai lu sur ce thème) me paraît plus intéressant pour vraiment comprendre la particularité des autistes Asperger.

En quelques mots :

Une lecture qui m’a malheureusement déçue et que je n’ai pas réussi à finir. J’ai eu du mal à m’attacher à Grace, à me passionner pour sa vie, trop banale à mon goût. J’ai trouvé que l’auteur n’exploitait pas assez le thème de l’autisme et moi qui pensais en apprendre plus sur ce handicap, ça n’a finalement pas été vraiment le cas. Une lecture à recommander plutôt aux ados friands d’histoires d’amour avec une pointe d’originalité.

A propos de Rachael Lucas
Rachael Lucas a grandi en Ecosse, en Australie et en Irlande. Elle est venue à l’écriture après une longue carrière de commis/femme de chambre/ramasseuse de fraises. Elle vit aujourd’hui à Southport avec ses enfants, dont Verity, qui est porteuse, comme sa mère, du syndrome d’Asperger.

https://rachaellucas.com/

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *