Ueno Park d’Antoine Dole

Age : 15 ans et +

Éditeur : Actes Sud Junior (2018)

130 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon 

Huit adolescents. Huit voix. Ils ne se connaissent pas mais ont en commun de rejeter les codes traditionnels de la société japonaise. Tous laissent entrevoir un furieux besoin d’imposer leur trace dans ce monde. A Ueno Park, ils vont se trouver réunis pour Hanami, le spectacle de l’éclosion des cerisiers.

La société japonaise ? je ne la connais qu’à travers le prisme des mangas, je dois bien l’avouer. Hanami est un spectacle dont j’ai aussi entendu parler bien sûr (sans malheureusement y assister) mais cette période, tout comme le lieu  : Ueno Park, n’est que le décor du nouveau roman d’Antoine Dole pour mettre en scène l’histoire de ses huit personnages. On devrait d’ailleurs plutôt parler d’un recueil de nouvelles puisque dans Ueno Park ces huit adolescents ne se rencontrent pas et nous ne les découvrons que tour à tour. Huit voix, huit histoires et ce point commun : parler du Japon d’aujourd’hui et de ceux qui cassent les codes traditionnels de cette société. 

Sans vouloir faire l’inventaire et préférant vous laissez le plaisir de découvrir l’histoire d’Ayumi, Sora, Fuko, Natsuki, Haruto, Daïsuké , Aïri et Nozomu, sachez que Ueno Park vous confrontera à des adolescents qui sortent des clichés et souffrent dans ce Japon, loin d’être aussi idyllique qu’on pourrait le croire. Mais ce jour là ils vont  tous, à leur manière, se regarder en face, retracer leur histoire et prendre la décision d’assumer ce qu’ils sont, ce qu’ils veulent être, avec toutes les difficultés et les conséquences que cela implique.

Ueno Park est une lecture qui nous touche. La plume d’Antoine Dole, très poétique, nous fait ressentir les émotions intenses de ses personnages. J’ai été particulièrement marquée par l’histoire de Fuko tandis que celle de Natsuki m’a tout autant heurtée que choquée et interpellée, entre autres, car tous ont quelque chose de bouleversant. C’est en tout cas une autre vision du Japon, qui résonne aussi dans le monde entier car ces ados là ne sont pas si différents de ceux de France et d’ailleurs, dans leur quête d’une société plus ouverte…

En quelques mots :

Huit voix, huit histoires qui nous donne à voir un Japon bien différent de celui des mangas. La plume poétique d’Antoine Dole nous fait ressentir les émotions intenses de ces huit adolescents qui à l’occasion d’Hanami se retrouvent à Ueno Park et décident ce jour là, chacun à leur manière, de se regarder en face, de retracer leur histoire et de prendre la décision d’assumer ce qu’ils sont. Chaque histoire est intéressante, forte et on se rend aussi compte que ces ados là ne sont pas si différents de ceux de France et d’ailleurs, dans leur quête d’une société plus ouverte…

A propos d’Antoine Dole

Antoine Dole est né en 1981 et vit entre Chambéry et Paris. Après un premier roman remarqué en 2008, Je reviens de mourir, il publie plusieurs romans aux éditions Sarbacane. Il crée en parallèle le personnage de bande dessinée Mortelle Adèle aux Éditions Tourbillon ainsi que différentes sagas pour la presse jeunesse (Zoé Super, Karen 2.0).

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.