Sword Art Online : Aincrad de Reki Kawahara

sword-art-onlineAge : 12 – 15 ans
Éditeur : Olfelbe (2015)
510 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon  chapitrepriceminister

 

Kirito est passionné par les jeux en ligne et il a eu la chance d’être le béta-testeur d’Aincrad, une gigantesque forteresse volante qui sert d’univers au plus redoutable jeu en ligne connu sous le nom de Sword Art Online.
Peu après le lancement officiel du jeu, Kirito et l’ensemble des joueurs qui sont connectés, se retrouvent piégés à  l’intérieur de Sword Art Online. Ils ne pourront sortir et retrouver le mondé réel, qu’en ayant terminé ce jeu virtuel dans lequel la mort, elle, est bien réelle…

Les éditions Olfelbe sont nées en 2015 et se sont spécialisées dans la publication de « light novel », c’est-à-dire des romans japonais à destination des adolescents et jeunes adultes, qui se déclinent aussi sous forme de mangas et d’animés. C’est donc le cas de Sword Art Online puisque l’éditeur Ototo, a récemment publié sa version « manga » et qu’il existe aussi un animé Sword Art Online. Je n’ai jamais eu l’occasion de lire des « Light novel » et j’étais donc très curieuse de découvrir ce type de littérature.

L’univers et le pitch de Sword Art Online est aussi effrayant que séduisant. Reki Kawahara s’inspire des nouvelles manières de jouer aux jeux vidéos ( mais encore en phase de test pour l’instant), pour nous propulser dans un futur proche (nous sommes en 2024) où ces technologies existent et permettent une immersion totale dans un jeu en ligne. Sauf que tout ne va pas se passer du tout comme prévu et que les joueurs vont se retrouver piégés dans Sword Art Online, avec la peur de voir apparaître les mots « game over » car dans l’Aincrad, personne ne ressuscite… Une trame plutôt alléchante qui donne envie de découvrir ce roman.

Cependant, ma lecture a été décevante et assez loin de ce que j’espérais trouver dans Sword Art Online. Je m’attendais à une histoire qui se construire en plus de 500 pages et soit donc riche en rebondissements, offrant aux lecteurs des personnalités complexes et un récit avec milles et unes difficultés, comme les mangas savent si bien le faire…Mais c’était sans compter la construction particulière de Sword Art Online…En effet, en réalité, le livre se divise en deux parties et cela change tout !

La première partie fait 280 pages et raconte toute l’histoire de Kirito à l’intérieur du jeu : du moment où il se retrouve piégé, au moment où il est libéré de Sword Art Online ! On est loin des 500 pages espérées !
Reki Kawahara nous entraîne ainsi dans l’univers, nous explique comment Kirito et tous les autres joueurs se sont retrouvés piégés, développe autour du fonctionnement du jeu et raconte les dernières étapes pour vaincre le boss ultime…
Cette partie va très vite et même si elle est assez prenante, elle manque de rebondissements et de profondeur. Hormis le héros, Kirito, voire d’Asuna, les personnages sont assez superficiels et tout semble trop évident, trop facile. Même si cette première partie met en scène énormément de combats, donnant à Sword Art Online, un rythme haletant, on a aussi le sentiment que tout s’enchaîne facilement pour Kirito.

La seconde partie est en fait un recueil de nouvelles qui font à chaque fois une cinquantaine de pages. Dans celles-ci, Reki Kawahara retourne dans l’Aincrad et nous raconte les combats de personnages secondaires. Ces nouvelles apportent un autre angle de vue sur l’histoire et enrichissent nos connaissances sur le jeu et le passé des personnages qui peuplent l’Aincrad. L’idée est intéressante mais je pense qu’inclure ces nouvelles à l’intérieur même de l’histoire principale de Sword Art Online, aurait été beaucoup plus pertinent car cela aurait apporté au roman la profondeur qui lui manque…
Certes, ce n’est que le tome 1 mais j’avoue que je me demande comment l’histoire va ensuite évoluer car pour moi, après la première partie de Sword Art Online, le livre était terminé…
Pour le moment, je ne suis donc pas vraiment convaincue par la version « light novel » de Sword Art Online.

En quelques mots

Sword Art Online est un « light novel » qui nous entraîne dans l’Aincrad aux côtés de Kirito, un passionné de jeux en ligne. Piégé, il doit combattre pour se libérer en faisant surtout confiance qu’à lui même et à ses capacités car pour sortir d’Aincrad il doit vivre et vaincre le boss ultime…
L’idée de Sword Art Online était très séduisante et avec ses 500 pages, je m’attendais à une histoire intense, riche en rebondissements, en combats et en péripéties pour vaincre le boss final. En réalité, cette histoire là ne fait que 280 pages et nous connaissons, après leur lecture, quasiment la fin de Sword Art Online. Reki Kawahara va donc très vite pour nous présenter son univers et raconter comment Kirito s’en sort.
La seconde partie, elle, est en fait une succession de nouvelles d’une cinquantaine de pages qui permettent de découvrir des personnages secondaires tout en explorant le reste d’Aincrad. C’est intéressant mais ça n’était pas vraiment ce que j’espérais et attendais en commençant Sword Art Online...
Au final, si Sword Art Online est riche en combats, le livre se résume surtout à ça et donne le sentiment de lire la retranscription d’un jeu en ligne. Si c’est ce que vous recherchez, vous serez sans doute convaincu, mais si vous espériez un peu plus que cela, vous serrez sûrement un peu déçu.
Conclusion : un roman surtout pour les fans du manga et de l’animé !

A propos de Reki Kawahara

Né en 1974 à Gunma au Japon, Reki Kawahara est un auteur de Light Novels principalement connu pour ses oeuvres : Sword Art Online et Accel world. Sword Art Online (SAO) est son premier roman rédigé pour être présenté au Grand Prix Dengeki en 2002. Edité depuis 2008, Sword Art Online est aujourd’hui un best-seller vendu à plus de 15 millions d’exemplaires dans le monde.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Ah, je vois qu’on est donc d’accord sur la place des nouvelles… pourquoi ne pas les avoir intercalées à leur place, mystère… Je crois que je ne suis pas faite pour le light novel, vu que j’ai détesté King’s Game et que je me suis copieusement ennuyée avec Spice & Wolf.

    • J ai bien aimé kings game pour ma part mais sword art online ne m a absolument pas passionnée alors que j aimais l idée de base. Pour spice & wolf il est dans ma pal mais j avoue que l experience sword art online m a refroifie…on verra si je le lis.

  2. En fait à la base, Sword art online est une light novel, et le manga est l’adaptation du roman (pour remettre les choses dans l’ordre ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.