Red Rising, T1 de Pierce Brown

red-risingAge : 15 ans et +
Éditeur :  Hachette jeunesse (2015)
480 pages

Note : [usr 3,5]

Acheter en ligne :

amazon  chapitrepriceminister

 

Depuis plusieurs siècles, la société s’est organisée autour d’un système de castes. Chacun est membre d’une couleur et subit les conséquences de cette couleur. Les Ors sont les plus forts, les Rouges, sont les plus faibles. Darrow est un rouge et n’aspire qu’à vivre son amour avec Eo. Mais lorsque celle-ci est tuée, ses certitudes vacillent. Il décide de s’engager dans un mouvement terroriste qui prône le soulèvement des Rouges contre les Ors…
Afin de réussir dans sa mission, il devra devenir comme ceux qu’il déteste le plus et pénétrer au coeur de l’Institut qui forme l’élite de demain…Derrière cette formation, il va découvrir un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé…

S’il y a bien un rayon qui ne désemplit pas, c’est le secteur de la dystopie. Et il faut dire que les auteurs se livrent une farouche concurrence et rivalisent d’idées pour présenter leurs univers futuristes, tous plus glaçants les uns que les autres… Red Rising est une trilogie dont le premier tome a fait fureur aux Etats-Unis et qui est déjà promis à un joli parcours en France. On murmure même que les droits d’adaptation en film ont été achetés…

Grande amatrice de dystopies, j’avais bien entendu envie de découvrir l’univers de Red Rising. Je suis donc allée à la rencontre de Darrow, le héros de cette trilogie.
Le schéma de Red Rising est assez classique pour le genre. L’adolescent ne demandait rien à personne jusqu’à ce qu’il commence à repérer les failles du système et qu’on lui arrache un être cher. Découvrant la vérité derrière les mensonges qui le nourrissent depuis l’enfance, il va décider de se rebeller. Là où Pierce Brown brise le schéma et fait un peu plus dans l’original, c’est que pour parvenir à cette révolution, Darrow commencera par devenir comme son ennemi. Il changera d’apparence et d’identité pour devenir un Or et pénétrer, patiemment au cœur du système,pour, une fois devenu puissant, mieux le détruire…

La première partie de Red Rising est consacrée à la présentation de ce monde organisé en castes de couleur et notamment le sort réservé aux Rouges dans cette société.  Cette dernière s’organise comme une dynastique impitoyable, inspirée par le fonctionnement de la Grèce Antique et en particulier la ville de Sparte… J’ai trouvé l’idée de cette organisation très hiérarchisée intéressante d’autant plus que chaque couleur correspond à une apparence physique, une personnalité. Ce qui est assez inédit.
La deuxième partie raconte comment Darrow va devenir un Or. C’est très impressionnant de lire cette transformation et Pierce Brown nous transmet vraiment toute la souffrance qu’entraîne ce changement de corps, d’identité chez son héros. Ces deux premières parties sont vraiment palpitantes et intrigantes.
Dans les parties 3 et 4 de Red Rising, nous sommes cette fois sur le champ de bataille créé par l’Institut pour former et sélectionner les élèves. On sent dans ce système de sélection l’influence de romans comme Hunger Games sur les choix de Pierce Brown mais aussi les combats de gladiateurs et les guerres antiques. C’est dur et très stratégique à certains moments. Le rythme de ces deux parties est un peu en dent de scie et j’ai parfois eu du mal à rester captivée par l’histoire. Pierce Brown aurait peut-être pu proposer un premier tome un peu moins long en condensant ces deux parties… La fin nous laisse cependant sur de bonnes surprises et surtout sur un retournement de situation qu’il sera intéressant de voir grandir dans la suite de Red Rising.

Pour ce qui est des personnages, Pierce Brown s’est surtout intéressé à la psychologie de Darrow et éclipse un peu les autres. Difficile pour le moment de s’attacher à chacun d’entre eux car même Darrow reste parfois un peu distant. Cependant, Pierce Brown a veillé à insinuer dans le caractère de Darrow une vision qui n’est pas trop stéréotypée. Rien n’est ni tout blanc, ni tout noir dans ce monde, et Darrow le comprend vite, mais plutôt des personnages qui malgré leur appartenance à une même couleur, peuvent agir bien différemment…

En quelques mots :

Red Rising est dans la vague actuelle du roman dystopique. Pierce Brown imagine une société très hiérarchisée grâce à un système de couleur dans lequel les Ors sont tout-puissant et les Rouges, caste auquel Darrow, le héros, appartient, sont presque des esclaves…Si le schéma narratif est assez classique, Red Rising présente aussi quelques originalités comme la manière dont Darrow va s’infiltrer dans le système des Ors pour mieux le détruire. Le champ de bataille inventé par l’Institut pour former l’élite est effrayant et rappellera à certains moments les terribles Hunger Games de Suzanne Collins. Pierce Brown passe du temps sur cette formation et c’est parfois un peu lent mais le final relance notre curiosité. Red Rising est en tout cas une dystopie de qualité, qui saura ravir les amateurs du genre.

A propos de Celia Bryce

Pierce Brown a passé son enfance à traverser les États-Unis, construisant des forteresses et des pièges pour ses petits cousins dans les bois et les déserts de huit états différents. En 2010, son diplôme universitaire en poche, il travaille dans une start-up sur les médias sociaux, puis chez Disney. Red Rising, son tout premier roman, remporte un succès immédiat et unanime aux États-Unis et en Angleterre.
http://www.pierce-brown.com/
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.