Quand vient la vague de Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier

Age : 12 – 15 ans

Éditeur : Rageot (2018)

260 pages

Note :

amazon

Plusieurs mois après la disparition inexpliquée de sa grande soeur Nina, Clément décide de partir à sa recherche et de comprendre pour quelles raisons elle s’est enfuie…

C’est l’histoire d’une sœur qui disparaît en laissant une simple lettre destinée à son petit frère derrière elle. C’est l’histoire d’un adolescent qui préfère s’oublier dans le surf jusqu’au jour où la réalité le rattrape : dans 2 mois, Nina aura 18 ans et alors l’enquête pour la retrouver s’arrêtera car Nina, la police en est presque persuadée, est une disparue volontaire. Mais qu’est-ce qui a poussé cette jeune fille bien entourée à fuir ainsi le domicile familial sans jeter un regard en arrière, réduisant tout ce qui la rattachait à cette ancienne vie en charpie ? Quelle est cette vague qui l’a submergée au point de tout bouleverser et l’obliger à disparaître ? Clément a trop longtemps écarté ces questions et décide de chercher des réponses, plongeant dans un secret familial bouleversant et difficile à digérer…

Quand vient la vague, roman écrit à quatre mains, porté par deux voix narratives, nous entraîne dans une enquête familiale. A quelques mois d’écart, Nina et Clément vont mettre le doigt sur un secret bien gardé qui va fissurer leur quotidien bien réglé et remettre en question leurs convictions, leur monde. On suit l’un et l’autre dans cette découverte qu’ils se prennent comme une vague de plein fouet : violent et inattendu. L’écriture de Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier parvient à nous partager avec justesse les émotions de ces deux adolescents confrontés à une réalité et une vérité qui ne laisse personne indemne. Le mensonge révélé, le frère et la sœur choisiront deux chemins différents :  il faudra fuir pour Nina ou tenter de se reconstruire, d’accepter, pour Clément.

J’ai beaucoup aimé le va et vient entre les deux personnages principaux de ce roman. L’alternance du « je » et du « il » selon qu’on se glisse dans la peau de Nina ou de Clément. Les différents mystères se dévoilent au fil de ces aller-retours et nous tiennent en haleine. Néanmoins j’ai trouvé que le secret familial était très vite deviné par le lecteur et j’aurais aimé davantage de suspense pour ce point. J’ai par contre trouvé que les raisons du départ de Nina étaient mieux distillées dans le récit. Pour finir, Quand vient la vague, nous plonge dans l’intimité d’une famille dont nous découvrons le portrait de chacun de ses membres ( les deux enfants bien sûr, mais aussi leurs parents). Les blessures, les fragilités, les compromis des uns et des autres sont décrits avec subtilité et finesse, et nous touche, quelque soit notre opinion sur ce secret…

En quelques mots :

C’est l’histoire d’un secret familial que l’on se prend comme une vague de plein fouet : violent et inattendu. C’est l’histoire d’un adolescent qui part à la recherche de sa sœur, disparue volontaire, pour comprendre, et découvre au fil de son enquête une vérité qui dérange et blesse. Les émotions sont fortes dans ce roman à quatre mains et deux voix. On est touché par l’histoire de Clément et Nina, on partage leur fragilité. Si le secret se devine facilement à la lecture, on est tenu en haleine par le désir de comprendre les raisons de la fuite de Nina et suivre Clément dans sa recherche.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.