Power Club ( T1 et T2 ) d’Alain Gagnol

Age : 12 -15 ans
Éditeur : Syros (2017)
500 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon 

En 2038, une poignée de jeunes adultes ont reçu de puissants pouvoirs et sont devenus des super-héros au sein du Power Club. Le monde entier suit leurs exploits  ! Anna ne se passionne pas beaucoup pour le Power Club mais ses parents ont décidé de lui offrir pour ses 17 ans, une place au sein de cette petite armée de super-héros. Bientôt, elle part pour New-York où lui seront inoculés les boosters, ces petites machines biotechnologiques qui produisent les super-pouvoirs. Anna ne se doute pas qu’elle va aussi mettre le pied au sein d’une entreprise qui cache quelques lourds secrets… 

J’ai lu les deux premiers tomes de Power Club dans la foulée, entraînée par le rythme trépidant de cette histoire de super-héros. Mais si vous cherchez à lire un roman proche de l’ambiance des comics américains alors passez votre chemin car la trilogie d’Alain Gagnol n’est pas du tout écrite dans cet esprit quand bien même la société Power Club a créé une petite bande de jeunes adultes dotés de superpouvoirs et qui interviennent dans le monde dès qu’une menace se présente. Ces super-héros sauvent des vies et leurs exploits s’affichent sur toutes les télés mais ce n’est pas les péripéties d’une énième super-héroïne de ce petite groupe d’élite qu’Alain Gagnol va nous inviter à suivre dans son roman. Non, c’est plutôt l’histoire d’une jeune fille dont l’entrée dans le Power Club va complètement dynamiter toutes les petites  « magouilles » de l’entreprise …

Power Club nous est raconté du point de vue d’une jeune française de 17 ans : Anna. Elle n’est pas particulièrement fan des super-héros mais pour ses parents, immensément riches, offrir à leur fille un bon d’adhésion au Power Club est le rêve absolu. Anna accepte néanmoins l’aventure,  intriguée aussi par les nouvelles capacités que lui offriront les boosters. A partir de là, le lecteur expérimente avec Anna ses nouveaux super-pouvoirs ( grisants ), mais partage aussi ses énormes doutes et dilemmes. 
Je me suis vite attachée à Anna. Malgré la fortune de ses parents, elle est naturelle et simple. Elle n’est pas du genre non plus à s’en laisser conter et elle va vite découvrir que le Power Club cache quelques secrets. Une fois qu’elle aura mis le pied dans l’engrenage, on va la suivre dans toutes ses péripéties pour faire éclater la vérité, même si celle-ci a un prix !

Tout au long de ma lecture des deux premiers tomes de Power Club, j’ai été tenue en haleine par les rebondissements. Malgré les 500 pages de chaque tome, Alain Gagnol a su tenir le rythme grâce a une écriture efficace, pleine d’humour et un scénario millimétré. Le premier tome nous permet de découvrir avec Anna la technologie des boosters ( comme ça à l’air chouette ! ) et l’enquête d’Anna pour révéler le meurtre d’un des super-héros (alors que ces derniers sont censés être invincibles). Le second tome, lui, sera plus consacré au lynchage en règle de la jeune fille par la société…

Power Club raconte donc les affres d’une super-héroïne dont le destin est lié à une entreprise qui est avant tout là pour gagner de l’argent ( et non sauver des vies…). Peu à peu, Alain Gagnol fait aussi passer un message en dévoilant tout le cynisme de cette entreprise qui est là pour faire du profit à outrance grâce au mythe des super-héros. Un travers qu’il dénonce avec parcimonie grâce à  toutes les (més)aventures d’Anna. Le tome 2 offrant une conclusion déjà très satisfaisante à l’histoire, je suis à présent curieuse de découvrir ce que l’auteur nous a réservé pour l’ultime roman de cette trilogie.

En quelques mots :

Si vous avez envie de lire une histoire qui dépote avec au commande une super-héroïne pas comme les autres, alors la trilogie Power Club est faite pour vous. Quand Anna accepte de rejoindre le Power Club, elle ne se doute pas qu’elle va mettre le pied dans une entreprise qui cache quelques secrets et dont le but est avant tout de faire du profit sur le dos des super-héros. Mais le meurtre d’un de ses camarades va la conduire à découvrir la vérité…à ses risques et périls !
Le rythme est trépidant et l’histoire très addictive. J’ai lu les deux premiers tomes de Power Club dans la foulée, charmée par le scénario millimétré et la plume efficace et drôle d’Alain Gagnol, mais aussi par l’attachante, déterminée et très naturelle Anna. 
Cette lecture est passionnante, pleine de suspens et elle nous tient en haleine grâce aux multiples rebondissements de cette aventure.

A propos d’Alain Gagnol

Alain Gagnol, né le 13 mai 1967 à Roanne, est auteur, scénariste et réalisateur de films d’animation. Il a étudié la bande dessinée à l’école Émile-Cohl, à Lyon, et réalisé, en collaboration avec Jean-Loup Felicioli, une quinzaine de courts métrages et deux films pour le cinéma : Une vie de chat (2010), nommé pour le meilleur film d’animation aux César 2011 et aux Oscars 2012, et Phantom Boy (2015). Il a publié des romans à l’ambiance plutôt noire, notamment à la Série Noire, chez Gallimard.

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *