POV (Point Of View) de Patrick Bard

Age : 15 ans et +

Éditeur : Syros (2018)

230 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon 

La première fois qu’un lien vers une vidéo porno s’affiche sur son ordinateur, Lucas est en train de télécharger un film de super-héros en streaming. Cette scène, qu’il visionne sans l’avoir voulu, le sidère, puis lui procure une émotion totalement inédite. Pour retrouver ce frisson initial, il glisse en secret dans une sphère qui accapare ses pensées, ses nuits, et bientôt tout son temps libre. Vu de l’extérieur, on pourrait croire que Lucas est un simple geek. Il est en réalité victime d’une addiction dont il ne peut plus sortir seul. Pour revenir du côté de la vie, il lui faudra accepter la rencontre et l’échange avec d’autres, loin des écrans.

POV ( Point of View) de Patrick Bard est un roman qui ose parler d’un sujet tabou : l’addiction au cybersexe. A bien y réfléchir, je ne me souviens pas d’avoir lu un roman de littérature jeunesse sur ce thème depuis les débuts de Lirado. Pourtant la pornographique est malheureusement omniprésente dans le quotidien des jeunes ados et, dès l’entrée au collège, une grande partie des enfants ont déjà confrontés à des images pornographiques, accessibles en quelques clics et sans limites. POV raconte l’histoire d’un jeune ado qui va tomber dans l’addiction au cybersexe, au point de visionner de manière compulsive des vidéos pornographiques. La descente aux enfers commence, avec toute sa brutalité…

Patrick Bard touche avec ce roman au domaine de l’intime, du tabou. La pornographie, souvent première ( et seule) source d’éducation à la sexualité,  donne une vision tronquée et erronée de l’amour et du sexe. Mais comment faire pour parler de sexualité quand le sujet met mal à l’aise ados et parents ? L’école, la lecture d’ouvrages documentaires et pourquoi pas de romans comme POV restent de bons intermédiaires et permettent un premier pas vers le dialogue.

Lucas vit lui la pire des situations. Il est totalement accro au porno. Patrick Bard nous décrit avec précision les sensations de dépendance que ressent le jeune homme, entre tentative de contrôle et incapacité de résister à la tentation de se connecter sur ses sites favoris. L’écriture de Patrick Bard est très réaliste et parfois brutale pour nous faire ressentir les émotions qui traversent Lucas. Les parents ? lorsqu’ils découvrent tout ils sont d’abord abasourdis puis en colère. Mais surtout, ils ne savent comment réagir (d’ailleurs, qu’aurions-nous fait à leur place ? ). Avec maladresse, ils tentent un sevrage par l’extrême, coupent tout accès à internet à Lucas…mais c’est déjà trop tard. Patrick Bard racontera la violence de ce sevrage et la dure reconstruction de Lucas qui ne se fera qu’avec l’aide de tiers.

Une histoire, proche du documentaire, un personnage principal imparfait, vulnérable, confronté à une situation qui a une totale emprise sur lui et enfin un sujet dérangeant, inédit, bref une lecture indispensable !

En quelques mots :

POV ( Point of View )  aborde un sujet sensible, tabou : l’addiction au cybersexe. L’occasion de poser la question du rapport des ados à la pornographie en passant par le récit d’une descente aux enfers pour l’un d’entre eux. Patrick Bard décrit avec réalisme l’addiction de Lucas, la violence du sevrage et la dure reconstruction. Une lecture percutante, qui ouvre à la réflexion et au dialogue. Indispensable !

A propos de Patrick Bard

Patrick Bard est romancier, écrivain-voyageur et photojournaliste. Les frontières et la question des femmes sont au centre de son travail. Son premier roman, La frontière, a reçu le prix Michel Lebrun (2002), le prix Brigada 21 (Espagne, 2005) et le Prix Ancres Noires 2006. Il est l’auteur de six romans aux éditions du Seuil. Orphelins de sang, sur le trafic d’enfants en Amérique latine, a été récompensé par le Prix Sang d’encre des lycéens 2010 et le Prix Lion noir 2011. En 2016, il publie son premier roman pour les ados : Et mes yeux se sont fermés.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.