La Part des ombres, T2 de Gabriel Katz

Age : 15 ans et +
Éditeur :  Scrinéo (2018)
280 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon blanc

 La résistance menée par celui qui se fait appeler Le Fantôme est fragile et les Traceurs, occupants de la Goranie depuis une décennie, sont bien décidés à mettre un terme aux prémices de cette guerre civile. Kaelyn, Olen, Desmeon, mercenaires embarqués dans la rébellion, continuent leurs missions respectives et se préparent au combat final, tout en s’interrogeant de plus en plus sur l’avenir de celui-ci…

Le deuxième et dernier tome du diptyque La Part des ombres a tardé à sortir et les éditions Scrinéo ont plusieurs fois joué avec notre patience en repoussant la date de sortie. Mais le précieux est enfin arrivé dans la boîte aux lettres et j’ai eu envie de retrouver sans tarder Kaelyn, Desmeon et Olen. Pour que la lecture soit toute fraîche dans mon esprit, j’ai même relu le premier tome de La Part des ombres, afin d’être totalement plongée dans l’ambiance lorsque je débuterais ma lecture de la suite.

Gabriel Katz, à la fin du premier opus, nous avait laissé sur un retournement de situation inattendu et j’avais donc hâte de découvrir pour quelles raisons la princesse Miljena avait pris la décision de se marier avec le terrifiant Traceur Inoran Slegeth, fils du gouverneur de Goranie. Au début du second tome de La Part des ombres, Gabriel Katz lève le voile avant de continuer le récit là où il l’avait laissé.

Comme dans le premier tome, nous suivrons les aventures de Kaelyn, Olen et Desmeon dans leurs missions respectives. Ainsi Kaelyn continue de former les soldats de la rébellion menée par le Fantôme, Olen fait le lien entre la princesse Miljena et la résistance tandis que Desmeon brille dans les arènes et défie les plus grands dans l’espoir d’attirer l’attention du chef de guerre Traceux Akhen Mekhnet et de le tuer…

Le récit est très rythmé  car on passe d’un personnage à l’autre et qu’il y a, comme toujours, beaucoup de rebondissements. C’est vrai que je m’attendais plus à voir le trio fonctionner ensemble qu’en parallèle mais ce n’est pas un défaut car on s’attache à chacun et on aime les suivre dans leurs aventures. L’univers est toujours aussi passionnant et foisonnant. On a plaisir à s’y plonger.
Côté écriture on retrouve le style efficace et fluide de Gabriel Katz.
Quant à la fin, je mentirais si je n’avouais pas qu’elle m’a surprise. En effet elle est très loin de celle que je m’étais imaginée mais elle casse aussi nos habitudes de lecteur.

En quelques mots :

Il aura fallu faire preuve de patience avant de pouvoir se plonger dans le deuxième et dernier tome du diptyque La Part des ombres. D’ailleurs, mon conseil pour ne pas s’y perdre: relire le premier tome avant de plonger dans la suite. Ensuite on est de nouveau très rapidement embarqué dans l’univers foisonnant de l’auteur et les multiples péripéties auxquelles se confrontent Kaelyn, Olen et Desmeon. Un vrai bonheur de les retrouver et de les suivre dans cette rébellion. On passe d’un personnage à l’autre et l’histoire, rythmée, file sous nos doigts. J’ai adoré du début à la fin, surtout la fin, qui casse nos habitudes de lecteur. C’est fluide, efficace, prenant et dynamique. J’adhère totalement, entièrement à l’univers et l’écriture de Gabriel Katz  ! Vivement le prochain !

A propos de Gabriel Katz

Gabriel Katz a écrit « dans l’ombre » plus de 30 livres signés par des auteurs bien connus du grand public. Passionné de fantastique, de jeux et d’univers virtuels, il est l’auteur de la trilogie Le Puits des mémoires (2012), de La Maîtresse de guerre (2014) et des diptyques Aéternia (2015) et La Part des ombres ( 2016 ).

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *