RETROUVE LIRADO SUR :
 
 


Le Rouge et le noir de Stendhal


    
 
L'action se passe sous la Restauration, à Verrières, une petite ville du Jura. Julien Sorel a dix-neuf ans. C'est un jeune homme d'origine modeste. Il est le fils d'un charpentier brutal. Sa condition le prédestine aux travaux de force. Mais Julien Sorel, ambitieux , rêve de gloire et s'évade dans la littérature. Il est fasciné par le prestige de Napoléon, et se verrait bien épouser une carrière militaire.
Ayant reçu une éducation par l'abbée Chélan, il envisage finalement le séminaire. Il devient précepteur des enfants de Mne de Rênal. Dés le début, un lien se tisse entre eux deux et après plusieurs hésitations, Mne de Rênal, tombe amoureuse de Julien et se livre à la passion. Mais elle vit difficilement cette relation et cela plongera Julien Sorel dans la fureur et le désir de vengeance...
Connu pour s'enliser dans les grandes descriptions de sentiments de chacun des personnages, Le Rouge et le noir, de ce point de vue là n'est pas une surprise pour tout lecteur qui sait à quoi il doit s'en tenir. L'histoire, inspirée d'un fait réel de l'année 1827, le procès d'Antoine Berthet est indiscutablement précise, minutieuse et réaliste. Rien n'échappe à l'écriture de Stendhal dans les différents portraits qu'il réalise des trois personnages principaux du roman. Alternant la focalisation, le récit se développe lentement et parfois, il est vrai, plonge le lecteur dans la monotonie et l'ennui. Pour peu que l'on s'accroche, on fini par trouver un véritable plaisir dans cette lecture. Sous le caractère indéniable de la qualité d'écriture de Stendhal, l'histoire tragique naît, se développe et sur les cent dernières pages, reprend une grande vigueur. Le lecteur, happé ne peut finalement pas lâcher le livre avant d'atteindre l'ultime ligne. Plongé dans les derniers mots, encore marqué par les centaines de pages, les milliers de mots lu, il ressort chamboulé, ailleurs et reste un instant songeur. L'impression d'avoir lu une œuvre exceptionnelle domine. Oui, s'accrocher lorsque l'on ne pense plus qu'à arrêter totalement la lecture en valait la peine. L'histoire de Julien Sorel restera un classique de la littérature comme on le dit bien souvent et à défaut d'innover dans la critique de ce roman qui n'en nécessite même plus, on ne pourra que confirmer ce que tant d'autres on dit de Le Rouge et le noir. On s'amusera des nombreuses interventions du narrateur au cours du récit tentant de donner crédibilité, vie et réalité aux personnages, à l'histoire. Je conclue par cette phrase de Julien Green sur le roman : "Cet homme que j'aime si peu et dont je ne puis ouvrir un livre que je n'en dévore aussitôt quelques pages, comme il me déplaît et comme je l'admire."
A propos du roman :
"Notre plus grand romancier, Stendhal, étudiait les hommes comme des insectes étranges, qui vivent et meurent, poussés par des forces fatales; son seul souci était de déterminer la nature, l'énergie, la direction de ces forces; son humanité ne sympathisait pas avec celle de ses héros, il restait supérieur à leur misère et à leur folie, il se contentait de faire son travail de dissection, exposant simplement les résultats de ce travail. " Emile Zola, causeries dramatiques, 1881

"Pourquoi Julien hésite-t-il entre l'uniforme et la soutane ? ... parce qu'il est un jeune homme de la restauration, encore enchanté du prestige de Napoléon et qui, dévoré d'ambition, se rend compte que le moyen de parvenir n'est plus au bivouac... Cette continuelle oscillation entre l'Armée et l'Eglise devrait nous donner l'idée d'un temps bien vieux. Il n'en est rien parce que l'auteur a su mettre un dessous permanent à ses accidents. Si Julien hésite dans sa carrière, s'il est ému jusqu'à la frénésie par son adaptation à la vie parisienne, c'est qu'il est un plébéien en transfert de classe... Plus nous avançons dans la démocratie, plus le chef d'oeuvre de Stendhal devient actuel." Paul Bourget, Préface au Rouge et le Noir, 1923

Le roman compte deux parties : la première retrace le parcours provincial de Julien Sorel, son entrée chez les Rênal, et la montée de ses ambitions au séminaire, et la seconde la vie du héros à Paris comme secrétaire de M. de La Mole et son déchirement entre ambitions et sentiments. Histoire inspiré d'un fait divers : l'affaire Berthet qui a eut lieu en 1827. Même cheminement que Julien Sorel.
Le Rouge et le Noir est également un roman historique, car Stendhal tente de dévoiler les coulisses de la révolution de 1830, avec comme trame la structure sociale de la France de l'époque, les oppositions entre Paris et la province, entre noblesse et bourgeoisie, entre les jansénistes et jésuites. Dans Le Rouge et le Noir, Julien Sorel fait l'objet d'une étude approfondie. Ambition, amour, passé, tout est analysé. Le lecteur suit avec un intérêt croissant les méandres de sa pensée, qui conditionnent ses actions. Mathilde de la Mole et Madame de Rênal ne sont pas en reste. Leur amour pour Julien, égal l'un à l'autre, sont mis en perspective. Tout le monde est mis à nu sous la plume de Stendhal.

A propos de Stendhal

De son vrai nom, Henri Beyle. Il est né en 1783 dans une famille bourgeoise, a perdu sa mère à huit ans et appréciera peu son père qui confiera son éducation à l'abbé Raillane. En 1796, il entre à l'école centrale de Grenoble. De 1800 à 1801, il part en Italie pour faire la campagne d'Italie où il est nommé sous-lieutenant. Revenu à Paris, il essaie de se faire une place, dans le négoce, dans le succès littéraire ou en séduisant des femmes. Ces années d'apprentissage auront une grande influence sur le personnage de Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir. A partir de 1810, il participe ensuite à l'administration et aux guerres napoléoniennes. Lors de la chute du Premier Empire, en 1814, il part en Italie où il s'installe à Milan. Pendant cette période, il écrit plusieurs œuvres autour de l'Italie ainsi que De l'amour. En 1821, parce qu'il est accusé de sympathie pour les carbonari - affection particulièrement ressenti dans la nouvelle Vanina Vanini , il est expulsé de Milan.
De retour à Paris, presque ruiné après le décès de son père, il entre dans le milieu littéraire en fréquentant des salons littéraires. Ainsi, il a son cénacle, et a même un disciple en la personne de Prosper Mérimée. Il écrit des journaux, publie des essais. En 1827, il publie son premier roman, Armance, suivi en 1830 du Rouge et le Noir, en partie influencé par la révolution de juillet 1830. Ce roman connaîtra un beau succès. Après cette révolution, il est nommé consul à Civitavecchia. À Civitavecchia, il s'ennuie et part voyager. Il ne réussit pas à terminer les œuvres qu'il commence (Souvenirs d'égotisme,Lucien Leuwen...). Après avoir achevé son dernier chef d'œuvre, La Chartreuse de Parme en 1839, il meurt dans la nuit du 22 au 23 mars 1842 par une attaque. Stendhal cherche « La vérité, l'âpre vérité » dans le domaine psychologique, et campe essentiellement des jeunes gens aux aspirations romantiques de vitalité, de force du sentiment et de rêve de gloire.

 



 

 

 

 


© Lirado 2004 - 2014

Qui est Lirado ?

Lirado, webzine enregistré sous le numéro ISSN  2261-253X
Il y a 686 fiches de lectures de livres pour adolescents, 13 présentations d'adapations cinématographiques,
9 sélections de livres, 7 dossiers sur le monde du livre et 45 interviews d'auteurs sur Lirado.