Lettre aux bourreaux de ma soeur de Gwladys Constant

Age : 12 – 15 ans

Éditeur : Oskar éditeur (2018)

60 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon 

Il y a 5 ans, la petite sœur de Rose, Iris, s’est suicidée après avoir été harcelée par 4 adolescents. Rose, pour se venger, décide d’écrire aux bourreaux d’Iris en utilisant les mêmes armes qu’eux : les mots…

L’originalité du roman Lettre aux bourreaux de ma soeur de Gwladys Constant réside dans le choix d’aborder la question du harcèlement du point de vue de ceux qui restent. Ici, c’est la parole de Rose qui est recueillie comme un témoignage sur le vif au sein d’une consultation chez un spécialiste. La grande sœur raconte ainsi comment elle a vécu le suicide de sa sœur, causé par le harcèlement de 4 adolescents, et comment elle s’est vengée en leur écrivant une lettre quelques temps plus tard. Cette lettre se dévoile au fur et à mesure du récit de Rose.

Si le point de vue est intéressant car peu évoqué en littérature jeunesse malgré son importance, j’ai été moins convaincue par le fond de Lettre aux bourreaux de ma sœur. J’ai trouvé que l’histoire manquait d’épaisseur ( 45 pages à peine, dans un petit format, le tout écrit gros) et elle ne m’a pas beaucoup touchée. J’ai en effet eu du mal à partager la douleur et la colère de Rose et le quotidien d’Iris est trop succinctement évoqué pour se faire une idée précise de ce qu’elle a subi.

Par ailleurs, la lettre rédigée par Rose ne m’a pas chamboulée. Je m’attendais à un texte plus poignant, plus dure et une vengeance plus forte ou plus symbolique. Je n’ai pas trop compris l’intérêt qu’avait eu Rose à espionner les bourreaux de sa sœur avant de remettre par écrit ce qu’elle avait appris sur eux.

En conclusion si l’idée de Lettres au bourreaux de ma sœur est une bonne idée et que le roman s’ajoute aux pistes de lectures pour parler avec les jeunes de harcèlement, il faudra la prolonger par d’autres lectures.

En quelques mots :

Un point de vue intéressant et peu traité lorsqu’on parle de harcèlement : ceux qui restent. Le témoignage de Rose tend à nous dépeindre sa douleur comme sa colère, tandis que la lettre qu’elle a écrit aux bourreaux de sa sœur se dévoile. Une lecture utile et une bonne idée mais un récit qui manque tout de même un peu d’épaisseur. La lettre écrite par Rose ne m’a malheureusement pas beaucoup touchée et je n’ai pas forcément compris sa vengeance. Pour de « petits lecteurs » cela est un bon début, à prolonger par d’autres lectures.

A propos de Gwladys Constant

Gwladys Constant est née en 1980 et vit dans le Loiret. Après des études de philosophie, elle est devenue professeur de français. Elle a écrit une quinzaine de romans comme  Mamie passe le bac, La Première fois, Mythoman, De si beaux cheveux ou Passionnément, à ma folie

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.