Interview : Luis de la Higuera

phluishiguera

Lirado : Quand êtes-vous né ? où ? où vivez-vous aujourd’hui ?

Luis de la Higuera : Je suis né le 7 janvier 1964 à Paris. Mais j’ai des origines espagnoles par mon père et britanniques par ma mère. Actuellement je vis à Paris.

Lirado : Quels études avez-vous fait ?

Luis de la Higuera : Des études universitaires de lettres et de communication.

Lirado : Que faîtes-vous comme autre métier que celui d’écrivain ?

Luis de la Higuera : Aucun. Je pourrais dire qu’écrivain est un métier à plein temps, mais c’est seulement vrai pour ceux qui en vivent. Ce n’est pas mon cas.

Lirado : Dans les griffes du temps est votre premier livre que tirez-vous de cette expérience ?

Luis de la Higuera : Après avoir passé quelques années à écrire des scénarios pour la télévision, la rédaction d’un roman pour la jeunesse constitue surtout un plaisir extraordinaire ! Là, on n’a aucune contrainte. Personne ne vous dit : c’est trop compliqué à réaliser ou trop cher. Dans un roman, vous voulez une scène de bataille avec 500 000 figurants ? Pas de problème ! Bref, une liberté sans comparaison.

Lirado : Comptez-vous écrire d’autre livres ? Si oui resterez-vous dans un genre S-F ?

Luis de la Higuera : J’ai écrit et continue d’écrire bien d’autres livres. Certains sont destinés à un public plus adulte (mais pour l’instant les éditeurs ne se battent pas pour les publier), et d’autres sont des romans jeunesse. Pour ce qui concerne le genre, je suis plutôt fantastique que S-F. Mais j’ai dans mes tiroirs des projets de romans d’héroic-fantasy, d’aventure, et même des récits historiques.

Lirado : Pourquoi aimez-vous écrire ?

Luis de la Higuera : Ce que j’aime, c’est raconter une histoire à quelqu’un. Autrement dit, je me sens davantage conteur qu’auteur. J’aime l’idée de jouer avec le lecteur, essayer de capter son attention, l’attirer sur une fausse piste, le surprendre, etc… Ecrire pour écrire ne m’intéresse pas.

Lirado : Depuis quand écrivez-vous ?

Luis de la Higuera : Depuis le lycée. Mais j’ai essayé d’en faire mon métier il y a une quinzaine d’années.

Lirado : Votre livre Dans les griffes du temps a-t-il été publié facilement ? Combien d’exemplaires avez-vous vendus jusqu’à aujourd’hui ?

Luis de la Higuera : Il a tout de suite retenu l’attention des éditeurs (j’en avais envoyé une dizaine d’exemplaires), mais DEGLIAME a été le plus rapide à réagir. Pour ce qui concerne les ventes, je ne connais pas les chiffres exacts. Mais je crois savoir que ça se situe dans la moyenne, c’est à dire pas grand chose (Harry Potter peut dormir tranquille, je ne lui ferai pas de concurrence !). En France, un roman qui se vend à 3000 exemplaires est considéré comme un succès

Lirado : Combien de temps avez-vous mis pour écrire Dans les griffes du temps votre premier roman jeunesse ?

Luis de la Higuera : Très peu. Le premier jet m’a pris six semaines. Mais après, il faut corriger, modifier, ajouter, couper… Difficile à estimer.

Lirado : Avez-vous des conseils pour écrire un livre ?

Luis de la Higuera : Un seul, très simple, et que j’emprunte à Ken Follet : essayer de raconter une histoire en faisant en sorte que le lecteur ait envie de lire la page suivante.
Et pour ça, je crois que le vrai secret (ne le répétez à personne), réside dans l’art de ne pas tout raconter, de faire patienter le lecteur… Et ça, on met du temps à l’apprendre.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.