Interview : Benoît de Saint Chamas sur Le Secret de la stèle sacrée

AVT_Benoit-de-Saint-Chamas_6177

Lirado : C’est votre premier roman, quelles sont les grandes différences avec l’écriture de livres pour plus jeunes ? Quelles ont été les difficultées ? Qu’est-ce que vous avez le plus aimé ?

Benoît de Saint Chamas : Oui, c’est notre premier roman (nous écrivons à quatre mains, en couple). Jusque-là, nous avions surtout publié des contes. Nous avons jusqu’à présent écrit des livres dits « pour la jeunesse » mais, en réalité, nous ne nous posons pas la question de l’âge du lectorat.
Nous écrivons des récits que nous aimerions lire ou que nous aurions aimé lire enfants.
Les difficultés pour ce roman sont attachées à l’univers dans lequel il se passe : un univers dans lequel le temps et l’espace sont différents des nôtres.
Ce que nous avons le plus aimé ce sont les premièers réactions des lecteurs qui, depuis la sortie toute récente du roman, sont très encourageantes.

Lirado : Ecrire à quatre mains, ce n’est pas une chose forcément aisée, comment s’est déroulée l’écriture ? Aviez-vous un plan précis ? Combien de temps celà a-t-il pris ?

Benoît de Saint Chamas : Nous avons une organisation très rôdée pour l’écriture à quatre mains : ce roman est notre dixième publication et, à chaque fois, nous procédons de la même façon.
Première étape : nous calons précisément les scenarii ensemble, en croisant nos imaginaires qui sont complémentaires.
Deuxième étape : je fais le premier jet d’écriture (par mon métier, j’écris très vite). Puis mon épouse Emmanuelle retravaille ensuite le texte pour le fignoler.
Difficille de dire combien de temps nous prend l’écriture d’un livre, parce que nous avons par ailleurs un métier prenant, et l’écriture vient quand les idées sont là et que le temps nous le permet (le soir, le week-end, à l’heure du déjeuner…). Mais je crois que, en tout, l’écriture de ce roman a pris environ 6 mois.

Lirado : Quel intérêt portez vous pour le genre de la fantasy en général ?

Benoît de Saint Chamas : Petit, je voulais être explorateur. En grandissant, j’ai réalisé qu’il n’y avait plus grand chose à explorer dans le monde : nous ne sommes plus au temps des grandes découvertes, et même la lune a été visitée. Mais en y repensant, il reste quand même un monde qui ne sera jamais totalement exploré : celui de l’imagination. Tous nos livres (du premier, « les contes de l’alphabet » jusqu-à ce roman), se passent dans des univers imaginaires, à la fois très éloignés et très proches du nôtre

Lirado : Qu’est-ce qui est venu en premier , le monde de Realm , les personnages…?

Benoît de Saint Chamas : Il s’agit d’un roman à chute (et nous invitons les lecteurs à ne surtout pas commencer par la fin). Et nous avons écrit le roman à partir de cette chute : les lieux et les personnages sont venus ensuite.

Lirado : Comment avez-vous procédé pour décrire, imaginer,… le fond du roman : Realm, les îles, les personnages,…?

Benoît de Saint Chamas : Nous voulions des lieux emplis de mystère, pétris par une histoire aussi mouvementée que mal connue. Et, en parallèle, nous voulions des héros à la fois avides de connaissance permettant au lecteur de découvrir en même temps qu’eux le secret de cet univers.

Lirado : Quels sont les côtés qui vous plaisent le plus dans chacun des quatre héros ?

Benoît de Saint Chamas : Chacun a des qualités qui nous plaisent et qui, additionnées, permettent à cette équipée de franchir tous les obstacles croisés sur leur chemin. Asgarp, c’est la curiosité, le courage et la persévérance ; Irec et Nitra, c’est la volonté de dépassement de soi, des qualités d’humanisme et la volonté d’apprendre ; Alteitia, c’est un peu toutes ces qualités qu’elle fait progressivement siennes. J’ajoute que ces noms sont des angrammes des prénoms de nos trois enfants, Laetitia (=Alteitia), Erice (=Irec) et Gaspard (=Asgarp)

Lirado : Le livre est assez épais pour un tranche d’âge assez jeune, aviez-vous tout de suite pensé à un unique tome ou l’idée d’une trilogie ( puisque trois partie) vous a t-elle effleurée ?

Benoît de Saint Chamas : Nous avons voulu une saga qui tienne en un seul tome pour deux raisons : d’abord parce que c’est toujours un peu frustrant pour le lecteur de devoir attendre un an (ou plus) pour connaître la suite ; ensuite parce qu’il s’agit d’un roman à chute.

Lirado : La chute de l’histoire était-elle prêvue dés le départ ?

Benoît de Saint Chamas : Oui, la chute a été le point de départ de ce roman.

Lirado : Quelles sont les premiers retour sur votre livre ? vous attendiez-vous à de tels retour ?

Benoît de Saint Chamas : Le livre démarre très bien. Il est sorti il y a moins de deux mois et il est déjà sélectionné pour plusieurs prix littéraires et va être traduit en italien (et, nous l’espérons, dans d’autres pays)

Lirado : Avez-vous d’autres projets de romans ?

Benoît de Saint Chamas : Nous y réfléchissons.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *