Finnigan et moi de Sonya Hartnett

finnigan-moiAge : 15 ans et +
Editeur : Le Serpent à plumes ( 2009)
320 pages

Note : [usr 5]

Acheter en ligne :

amazon  chapitrepriceminister

 

Dans le village de Mulyan, en Australie, on les surnomme « les zinzins » depuis la mort accidentelle du grand-frère d’Anwell. Mais est-elle si accidentelle que ça ?
A l’âge de 20 ans, cloué au lit par un mal étrange et inconnu, Anwell raconte son histoire sous forme de flashbacks et sa rencontre bouleversante avec Finnigan.
Finnigan est son opposé, son idéal, son ami. Toujours accompagné de Surrender, son chien, il est différent : il ne va pas à l’école, il n’est pas bien élevé, il hère dans les bois, vole, ment, brûle.
Les deux garçons passent un pacte : à chaque fois qu’il faudra mal agir, Finnigan s’en chargera. Anwell devra faire seulement le bien. Comme un ange. Et c’est ainsi qu’il devient Gabriel.
Une série d’incendies divise les habitants de Mulyan tandis qu’Anwell sent que derrière tout ça se cache Finnigan.
Qui est donc vraiment ce garçon à qui Anwell ne peut échapper ? qui apparaît et disparaît comme un fantôme et dont la présence devient de plus en plus incontrôlable et malveillante ?

Finnigan et moi est le premier livre de Sonya Hartnett traduit en Français. Auteur réputée en Australie, on la compare à Stephen King, Emilie Brontë ou encore Dostoïevski, mais elle a un monde et une écriture bien à elle, qui tiennent le lecteur en haleine.
Récit original, poétique et remarquable dans son écriture, on ne peut pas lire ce roman sans être transporté par les mots dans une histoire à la fois mystérieuse, captivante et déroutante.
Finnigan et Anwell sont deux héros singuliers que l’on saisit mal, entourés d’une aura de questions dont les réponses nous sont données au compte-gouttes et seulement en partie tout au long de l’histoire.
Finnigan et moi est un roman bouleversant, traitant de l’enfance et de ses douleurs. Finnigan et Anwell sont deux personnages en retrait du monde et dont la marginalité les réunira. Leur amitié est étrange et nous suivons son cheminement en retenant notre souffle. Le suspense est efficace.
Par une écriture soignée, belle et précise qui alterne les points de vue, Sonya Hartnett propose un récit riche, aux nombreux rebondissements et flashbacks. Genre à part, inclassable, Finnigan et moi oscille entre le fantastique, le roman psychologique et le journal intime, donnant à l’ensemble un ton singulier et très appréciable.

Vidéo de présentation :

A propos de Sonya Hartnett 

Née en Australie en 1968, Sonya Hartnett a publié son premier livre alors qu’elle avait à peine quinze ans. C’était le début d’une carrière à succès, saluée par de nombreux prix pour ses ouvrages destinés à la fois à la jeunesse et aux adultes. Elle a remporté en 2008 le prestigieux pric Astrid Lindgren Memorial qui avait récompensé Philip Pullman quelques années plus tôt. Elle est aujourd’hui surnommée « la Stephen King Australienne » mais développe aussi un style bien à elle en ayant publié plus d’une quinzaine de romans.

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Roman fort, très bien écrit, dans lequel on suit pas à pas la souffrance d’un enfant et la dérive d’un esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.