CSU : la série policière qui rivalise avec les feuilletons télévisés.

banniere2

CSU ou Crime Support Unit. Le titre de la série fait penser à un programme télévisé mais c’est bien de romans dont il est question. Signés par Caroline Terrée, chaque tome de CSU nous entraîne dans une enquête policière aux côtés de l’agent du FBI Kate Kovacs et de son équipe, à Vancouver. Un dossier pour découvrir l’univers et les points forts de la saga à ne pas rater !

ligne-separation

Des thrillers qui se lisent comme les épisodes d’une série télé.

« CSU. Trois lettres pour une réalité captivante : celle d’une unité de police confrontée au crime et à ses conséquences humaines.Basé à Vancouver, le CSU est dirigé par Kate Kovacs, un agent du FBI qui se bat également contre ses propres démons.« 

C’est par ces quelques phrases que la série de romans policiers CSU se résume sur les dos des quatrième de couverture de chacun des tomes de la série. Ou peut-être devrait-on plutôt dire, chaque épisode, car la série CSU n’a pas vraiment à rougir face aux programmes télévisés policiers qui cartonnent auprès du public. Oui, reconnaissons que chaque roman se lit comme on visionne un épisode de série : avec entrain.

Enquêtes rythmées, dialogues majoritaires, descriptions minimalistes et extrêmement visuelles, événements qui s’enchaîne, chronologie intense, personnages attachants à l’histoire tortueuse qui s’étend sur le long-court, c’est bien là les ingrédients d’une bonne série télé et c’est également ceux qui séduisent dans les CSU de Caroline Terrée depuis le départ.

Une série qui a connu des rebondissements dans sa publication.

Le premier tome, Portée disparue, sort en avril 2005, à l’heure où des séries comme Esprits criminels, Les Experts et NCIS marchent déjà bien. Kate Kovacs et son équipe sont là pour séduire des lecteurs d’une quinzaine d’année déjà friands de ces épisodes télés et les éditions Milan jeunesse qui lancent le projet décide de frapper un grand coup. Car ce n’est pas un mais quatre tomes, quatre épisodes qui sortent au même moment : Portée disparue, Le Phénix, Dragon rouge et Mort blanche. Lirado s’en souvient encore de ces quatre lectures coup sur coup tellement le style, les enquêtes, les personnages l’avaient séduite…
Les tomes 5, 6, 7 et 8 sont plus longs à venir. La série connaît une nouvelle maquette chez Milan en 2010, à l’occasion de la publication du tome 7 : Sacrifices. Le tome 8 sort en 2011.

Entre 2011 et 2016, c’est le silence radio. Le blog de l’auteur n’est plus vraiment tenu à jour, la série n’est plus annoncée par Milan jeunesse dans ses programmes. Puis, mai 2016, Caroline Terrée elle-même contacte Lirado pour annoncer la sortie du 9ème épisode de CSU et promouvoir ceux à venir, jusqu’au tome 12, comme elle l’avait prévue depuis longtemps déjà. A cette occasion, Lirado apprend les raisons de l’arrêt de la série pour une aussi longue période. Raison que l’auteur explique elle-même sur son site internet, dans un FAQ : « Les Éditions Milan (éditeur français de la série) ont tout d’abord décidé d’arrêter la publication de CSU au tome 8. Après une longue phase légale, j’ai récupéré les droits de la série afin de pouvoir continuer à l’écrire. Le plan était de publier une nouvelle édition papier et numérique des tomes 1-8, avec un nouveau site CSU à la clé, avant de concentrer mes efforts sur le tome 9… Mais quasiment au même moment, ma mère a appris qu’elle avait un cancer, rare et incurable. J’ai donc tout mis entre parenthèses pour l’accompagner autant que possible. Elle est morte juste avant Noël. Cette  nouvelle « édition 2016 » lui est entièrement dédiée. »

Et voila comment CSU a gagné en 2016 de nouvelles couvertures et un nouvel épisode !

Les personnages, les décors, l’ambiance.

Comme Caroline Terrée le raconte dans une interview donnée il y a plusieurs année à Lirado, l’univers de CSU est né de trois principaux éléments :
1) Un lieu : la ville de Vancouver et sa région. Un endroit qui me fascine et offrait un décor idéal pour le genre d’histoires que je voulais raconter.
2) Une obsession personnelle : vouloir montrer à travers ce que j’écris les conséquences humaines de la violence, une chose à laquelle j’ai été exposée en habitant à Belfast, et plus particulièrement sur la durée – d’où le format de série.
3) Enfin, je voulais aussi créer un personnage principal complexe et « positif ». À la fois efficace dans son métier et capable de faire preuve d’empathie et de compassion.

La série met en scène les enquêtes d’une équipe mais c’est le personnage de Kate Kovacs, chef de l’unité, qui est au cœur de chaque aventure. C’est elle qu’on suit principalement et c’est à travers elle qu’on résout l’enquête. C’est aussi le drame personnel de Kate Kovacs ( son petit ami de l’époque est mort sous ses yeux et elle a été grièvement handicapée pendant longtemps) qui est exploré de façon de plus en plus accrue dans chaque tome. Cette histoire au long-court tient aussi en haleine le lecteur et donne aux épisodes un aspect psychologique et dramatique fort.

La série CSU se déroule au Canada, à Vancouver notamment puisque c’est là qu’opère l’agent Kate Kovacs. Un terrain que l’auteur connaît bien car elle y passe six semaines par an depuis 2000.

Une série très immersive.

Ce qui est vraiment étonnant avec la série CSU c’est qu’on a vraiment l’impression de vivre une enquête de police, à 100%. Caroline Terrée s’embarrasse assez peu des descriptions et les réduit à quelques phrases, pour planter rapidement le décor et nous immerger rapidement.
Son écriture est très dynamique et la majorité du texte est constituée de dialogues, c’est très frappant car ce n’est pas du tout commun dans les polars ou thrillers qu’on a l’habitude de voir. Même la psychologie de ses personnages est dévoilée à travers des échanges qu’ils ont les uns avec les autres. C’est aussi cette omniprésence du dialogue qui donne à CSU un aspect très télévisuel.

Mais si c’est aussi très réaliste, c’est parce que Caroline Terrée effectue en amont de son écriture énormément de recherches, comme elle l’explique également dans le FAQ de son site internet : « Je lis des documents, je rassemble des photos, des cartes, des témoignages, des aspects techniques… Bref, tout ce que je peut trouver afin que chaque histoire soit la plus « réaliste » possible. Étant bilingue français-anglais, je fais l’essentiel de mes recherches sur Internet, le plus souvent sur des sites anglophones. Quand je suis à Vancouver, je prends aussi des photos et des notes, et je m’imprègne des atmosphères que je compte utiliser.« 

Les enquêtes

La série CSU comptera au total 12 tomes.

csu1CSU #01 : PORTÉE DISPARUE

Sur le parking d’une forêt de Vancouver, la voiture d’une jeune femme est retrouvée abandonnée. C’est celle de Rachel Cross. 24 ans, étudiante… et fille unique d’un sénateur américain multimillionnaire. Fugue ? Enlèvement ? Assassinat ? Pour Kate Kovacs et son équipe du CSU (Crime Support Unit), tout est possible. Et le temps est compté…

csu2CSU #02 : LE PHÉNIX

Incendie criminel. Devant les restes calcinés d’une église dans la petite ville de Squamish, une piste s’impose : le Phénix, mystérieuse secte retranchée dans les montagnes qui surplombent la région. Une enquête délicate pour le CSU qui se retrouve vite pris dans un terrible engrenage de haine, de violence et de drames humains.

csu3CSU #03 : LE DRAGON ROUGE

Fusillade à Chinatown. Plusieurs victimes, dont un officier de police et un membre de la Triade du Dragon Rouge – la mafia locale. Une enquête encore plus dangereuse pour Kate et son équipe, quand ils font une autre découverte macabre, tout près de la première… Gangs, règlements de comptes, racket : un mélange explosif entre les mains du CSU.

csu4CSU #04 : MORT BLANCHE

Avalanche à Whistler. Des sauveteurs déployés en hélicoptère se retrouvent à leur tour victimes des forces de la nature… et la mission laisse une secouriste grièvement blessée. Un accident qui prend une nouvelle dimension quand Kate et son équipe découvrent l’existence d’un mystérieux réseau, prêt à tout pour défier la Mort blanche.

csu5CSU #05 : LE PRÉDATEUR

Coast Plaza Hotel. Un homme d’affaires est retrouvé mort dans sa chambre. Ligoté. Bâillonné. Un étrange message déposé entre ses mains… C’est une signature, celle d’un tueur en série. Une course contre la montre s’enclenche pour Kate et son équipe. Car dans les rues de Vancouver, le prédateur est déjà en train de traquer sa prochaine proie…

VOIR LA CRITIQUE DE CE LIVRE SUR LIRADO

csu6CSU #06 : IMPACT

Nuit. Pluie. Sur une route de West Vancouver, Kate est victime d’un accident de la route. Une collision qui se transforme en une affaire majeure pour le CSU quand quelque chose de suspect est découvert parmi les débris… Une enquête qui menace aussi de lever le voile sur le passé de Kate, ce mystérieux passé qu’elle tient tant à garder secret.

VOIR LA CRITIQUE DE CE LIVRE SUR LIRADO

csu7CSU #07 : SACRIFICES

Shaughnessy (en), une enclave de richesse secouée par un meurtre particulièrement violent : celui d’Olivia Mendoza, exécutée à bout portant devant le domicile d’une avocate, dont elle était l’amie et l’assistante. Un corps criblé de balles qui marque le début d’une longue spirale de violence pour Kate et son équipe – avec un lourd prix à payer à la clé.

VOIR LA CRITIQUE DE CE LIVRE SUR LIRADO

csu8CSU #08 : ÉQUINOXE

Appel de détresse au 911. Terrifiant. Impossible à localiser. Alors que le CSU fait tout pour identifier victime et lieu du crime, une vague de terreur est déjà en train de s’intensifier… Une enquête qui plonge Kate dans un cauchemar professionnel et personnel – et la force à révéler une partie de son passé. Sous peine de finir sur la liste des victimes.

VOIR LA CRITIQUE DE CE LIVRE SUR LIRADO

csu9CSU #09 : VORTEX

Une femme est attaquée, chez elle, en pleine nuit… Urbaniste renommée, elle est aussi paraplégique. Kate et son équipe se lancent à la recherche d’un agresseur aussi mystérieux que déterminé, obsédé par une « mission » dont ils ignorent la nature et l’origine. Alors même que le passé de Kate ressurgit : au pire moment – et endroit – possible.

VOIR LA CRITIQUE DE CE LIVRE SUR LIRADO

Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Un coup de coeur pour ma petite soeur qui suit les publications depuis le début, avec assiduité, et à même contacté Caroline Terrée il y a quelques années pour connaître la suite ! Elle s’est jetée, comme tu l’imagines sur le tome 9, et m’incite à relire toute la série dont je n’ai lu que les premiers tomes ! Je suis d’accord sur l’aspect télévisuel en tout cas, et toujours surprise que cette série ne fonctionne pas mieux (auprès de mes collégiens notamment…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *