Le Collège noir d’Ulysse Malassagne

Age : 9-12 ans
Éditeur : Grafiteen (2017)
80 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon 

 

Cinq amis, pensionnaires d’un collège reculé, perdu dans les montagnes et entouré de forêts, vont passer les vacances dans l’établissement sous la surveillante d’une pionne tire-au-flanc.
En voulant sauver l’âme d’un de leur camarade mystérieusement disparu en forêt, les élèves vont recevoir la malédiction d’une sorcière maléfique : chaque nuit, des créatures cauchemardesques vont leur rendre visite.

En quelques mots :

Intriguée par les ressorts de cette bande-dessinée qui flirte entre horreur, épouvante, magie noire et ambiance mystique, ma lecture du Collège Noir n’a pourtant pas fait mouche au point où je l’espérais. La petite bande d’adolescents est sympathique mais difficile de vraiment s’attacher à eux car leur personnalité reste assez sommaire. De même, les aventures en courts épisodes de cinq-six pages, donne le sentiment que la BD a été calibrée pour être publiée dans une revue jeunesse ( et ce fut dans mon souvenir le cas) mais ne permet pas d’aller vraiment en profondeur. Alors oui c’est rythmé mais le tout reste assez superficiel.

L’ambiance reste ce qui m’a le plus séduite dans Le Collège noir, avec comme promis pas mal d’épouvante ( même si c’est très bon enfant) et une bonne dose d’humour.
Par contre je suis restée assez hermétique au graphisme de cette BD, trop brouillon, trop tassé à mon goût et qui ne m’a pas permis de vraiment entrer dans cette histoire.
J’ai lu cette bande-dessinée sans grande conviction. Peut-être ai-je tout simplement passé l’âge, je verrais ce qu’en pense mes collégiens, au CDI, pour qui j’ai acheté cette BD.

Extraits :

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Heureuse et agréable surprise que la découverte de ce « Collège Noir » d’Ulysse Malassagne !

    Enfin, parlons plutôt des « Souvenirs du Collège Noir » si l’on s’en réfère à l’auteur, qui dès les premières cases ouvre la porte de sa mémoire pour mieux nous conter cette histoire.

    Je pense qu’il y a dans ce premier tome tous les ingrédients pour réussir une bonne série pour ados (le public cible)… et adultes (dont je suis un représentant).

    Du point de vue graphique, l’auteur joue habilement sur les clairs-obscurs et les nuances de noir pour accentuer le coté horrifique du récit.
    J’ai aimé les expressions des personnages qui retranscrit bien le caractère de chacun et surtout la sorcière quand elle se transforme. Il y a une vraie force expressive dans ce personnages qui a réussi à me coller des frissons ! 😈
    A ce propos, certains passages peuvent effrayer les plus sensibles, ne pas hésiter à en parler avec un adulte.

    L’histoire quant à elle déroule un canevas assez classique sur un thème déjà très abordé par la littérature jeunesse/ado : des collégiens confrontés à une puissance maléfique.
    Je trouve qu’Ulysse Malassagne réussi à traiter ce sujet grave de façon réaliste (si tant est qu’on puisse parler de réalisme pour du fantastique 😆 ), j’ai ressenti de l’empathie pour nos jeunes héros mais sans emphase, leurs réactions me paraissent naturelles en telle circonstances.

    Donc j’ai hâte de lire la suite et je conseillerai dans la médiathèque où je travaille cette BD aux ados férus de fantastique, tout en les mettant en garde par rapport à certaines scènes (âge minimum conseillé 13/14 ans).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *