Battle Royale de Koushun Takami

battle-royaleAge : 15 ans et +
Editeur : Hachette (1999)
620 pages

Note : [usr 5]

Acheter en ligne :

amazon  chapitrepriceminister

 

La Grande République d’Asie, organisée selon un régime totalitaire, a mis en application le « Programme 68 ». Celui-ci consiste à tirer au sort chaque année une classe de collégiens. Placés sur une île coupée du monde, les élèves doivent se battre et s’entretuer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un seul survivant. Une course contre la mort s’engage pour les 42 élèves de 3ème B du collège municipal de Shiroiwa. Ceci afin de servir d’exemple à la population, à la jeunesse particulièrement, et aussi de recueillir des statistiques sur le temps mis par le champion à éliminer ses camarades.
Dans ce contexte où l’on ne peut avoir confiance en personne, la seule solution reste la mort… ou le meurtre. Face à ce Programme, chaque élève devra faire face à ses amis d’hier, et accepter sa nature profonde. C’est ainsi que certains élèves jouent le jeu [par peur, par cynisme ou par plaisir, les raisons varient], tandis que d’autres tentent de s’allier et de trouver un moyen d’éviter le carnage. Le décompte commence !

Battle Royale de Koushun Takami peut se décrire comme le roman de la violence. Car il faut le dire, dans ce livre d’une grande brutalité, il n’est question que de violence et qui plus est gratuite. Cependant ce livre doit être lu.
C’est poussé à l’extrême,inconcevable et incroyable mais raconter avec justesse.
De la violence, il y en a tous les jours, dans tous les pays, elle peut être verbale ou non, elle reste toujours vicieuse et responsable de la morts d’innocents. C’est le cas ici. Koushun Takami avec Battle Royale témoigne dans une situation exagérée de ces situations auxquelles on ne prête pas toujours attention aujourd’hui. Pas si loin finalement de la réalité.
Le livre n’est pas à laisser dans toutes les mains, c’est vrai, mais si la violence, la mort et l’assassinat sans pitié sont les thèmes majeurs de Battle Royale, le livre retranscrit les situations avec neutralité, il ne s’agit pas d’un spectacle de la mort et ce n’est certainement pas une succession de descriptions sanguinolentes dans les moindres détails ( bien au contraire) même s’il faut tout de même le souligner, ces morts en bataille entraînent une certaine banalisation. Il est important de porter un regard externe sur ce livre qui a osé.
Dans ce contexte, peut-on s’attacher aux personnages en nombre si important ? oui, bien sûr, d’ailleurs en seulement quelques pages, Koushun Takami parvient à présenter tour à tour chacun des élèves, sans embrouiller, sans se répéter.
A chaque personnage on peut dire que correspond un lecteur tant les stéréotypes sont criants (volontairement !) : le héros rebelle avec sa guitare et sa belle gueule, le dur à cuire au grand cœur, le génial bricoleur/informaticien de service,le chef de classe lèche-bottes, le tueur psychopathe invincible, l’otaku d’une timidité maladive, la midinette apeurée, la manipulatrice au charme mortel, le loup solitaire surdoué en art martiaux…
Sans temps mort, ce Battle Royale, pavé de plus de six cents pages passent comme un Harry Potter et captive le lecteur dés le début.
C’est de l’originalité en puissance, de la dynamite à chaque chapitre, de l’actions à la pelle et tout ça dans un style assez proche du manga (d’ailleurs le livre a été adapté). C’est caricatural, effrayant, flippant et peut-être aussi un peu inquiétant.
Quelques personnages se détachent cependant : Shûya, Noriko et Kawada. Ils décident de faire équipe après s’être retrouvés et surtout d’échapper à l’enfer de l’île. Ils sont déterminés à s’en sortir tous les trois et doivent échapper aux attaques des autres élèves…On suit donc notamment leur parcours.
Impossible aussi de ne pas se prendre au jeu de la toute première question que pose le livre : serions-nous prêt à tuer notre meilleur ami ?
Logiquement Battle Royale propose des réactions différentes : certains s’allient et forme des petits gangs, d’autres choississent le suicides, d’autres partent seul, certains se prennent au jeu…
Concluons par quelques passages du livre justes et invitant à la réflexion :
–  » Jusqu’à hier nous étions tous amis et maintenant devons nous entre-tuer »
–  » Comment être certains que les personnes avec qui on s’allie ne vont pas nous trahir ? »
–  » Oui et pourtant…si elle se retrouvait face à quelqu’un qui en voulait à sa vie, elle pouvait s’imaginer passer à l’acte elle aussi. Et si elle en était capable, tout le monde le pouvait non ?« .
–  » Personne n’a envie de tuer. C’est parce qu’on a peur et qu’on croit que les autres veulent nous tuer que l’on se bat. Et quand on est obsédé par une telle idée, on peut même en arriver à attaquer soi-même avant l’autre, même s’il n’a rien fait.« 

Battle Royale est un livre original qui a rencontré un vif succès au Japon dés sa sortie : il est considéré comme un best-seller. Il pose des questions
essentielles : Jusqu’au peut-on aller pour sauver sa peau ? La loi peut-elle tout légitimer ? L’espérance est-elle possible dans un monde inhumain ?
Ce livre aborde la violence mais certainement pas de façon crue et sale. Mise en pratique de ce que l’imagination n’envisage qu’à demi, Battle Royale est bluffant, stupéfiant, captivant, terrifiant et alarmant.

 

A propos de Koushun Takami

Koushun Takami est né en 1969 à proximité d’Osaka.
Il a suivi des études de littérature avant d’exercer le métier de journaliste de 1991 à 1996, couvrant des domaines aussi variés que la politique, les faits divers et l’économie.
Il se consacre depuis 1996 à l’écriture, travaillant aujourd’hui son second roman après avoir rédigé le scénario de Blitz Royale, manga faisant suite à son Battle Royale (lui aussi paru sous forme de mangas : 15 tomes).
Battle Royale est donc son premier roman et il a tout de suite rencontré un vif succès au Japon : c’est aujourd’hui un best-seller traduit en plusieurs langues dont l’anglais et le français.
Battle Royale a été adapté au cinéma (interdit au moins de 16 ans) et en mangas.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Ping :Batoru rowaiarut (2000) | Le coin des cinéphiles

  2. Ping :Batoru rowaiarut (2000) | Ciné Monde

  3. e n’ai pas encore fini de le lire, mais je peux dire que je le dévore avidement!

    ce livre est vraiment génial, et captivant. on n’a pas envie d’arrêter notre lecture car il y a toujours du suspens ou un situation dramatique qui s’enchaînent. on peut être réticent en se disant que ce genre de livre style manga possède une histoire un peu trop simpliste et des personnages insipides autour d’un personnage central mais ce n’est absolument pas le cas: l’histoire est assez complexe et tient en haleine le lecteur par une question que l’on se pose jusqu’au bout: est ce que plusieurs personnes peuvent s’en sortir vivantes? et si oui, comment?
    je trouve que les sentiments des personnages sont très profonds. on penserait que l’auteur participe lui aussi au programme, tellement qu’ils paraissent vrai.
    petit bémol, je trouve par contre son style d’écriture un peu trop simple à certains endroits.

    mon préféré? shuya bien sur

  4. Battle Royale est un très bon roman: on peut croire au premier abords qu’il s’agit d’un scénario de bourrin mais on se rend compte ensuite que les personnages, meme ceux pret a tuer, ont des sentiments et sont malgré tout humain.
    Une belle lecon pour l’Humanité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.