Abracadagascar, T1 : La Fabuleuse histoire des lunes de Pandor de Ménéas Marphil

abracadagascar1Age :  12-15 ans
Éditeur :  Au Diable Vauvert (2008)
440 pages

Note :

Acheter en ligne :

amazon  chapitrepriceminister

 

A 15 ans, Epiphane a vécu toute son enfance dans l’orphelinat de l’Ilot Nat au milieu de l’Océan Infini. Jusqu’au jour où un curieux poisson lui révèle qu’il doit partir en quête de ce qui le taraude depuis toujours, c’est à dire retrouver son père. Epiphane, au hasard de ses rencontre se découvre des pouvoirs et fait la rencontre de Kaylé, un autre adolescent qui lui apprend que c’est un magicien et qu’Epiphane fait partie des quatre élèves admis cette année à l’école de magie Elatha de l’île Abracadagascar qui se trouve au coeur d’un immense et étrange arbre… mais une nouvelle source de magie est en train d’apparaître et pourrait bien être utiliser à mauvais escient par un terrible mage noir : Sarpédon…

Premier tome d’une série de quatre volume La fabuleuse histoire des lunes de Pandor plonge le lecteur dans un univers magique et il est envouté par l’histoire, les pages glissent à une vitesse folle sous nos doigts.
Dynamique et vive, l’écriture de l’auteur ne appesantie pas dans les longues explications, va au cœur du sujet et évite ainsi au lecteur de s’ennuyer. Chaque chapitre est un moyen de relancer l’action, faire découvrir l’univers et surtout d’émerveiller…
On appréciera l’exotisme d’Abradagascar dont on fera l’analogie avec Madagascar, l’Océan Indien, les Seychelles…un monde totalement différent de la fantasy traditionnelle.
De plus, Ménéas Marphil enchante et fait rêver le lecteur en exploitant et confondant les mythologies les plus connues de notre civilisation et inventant toutes sortes de petits objets amusants.
C’est aussi un roman d’apprentissage et d’initiation, où le lecteur découvre un monde fantastique à travers l’aventure d’Ephiphane, lui même en quête de son identité et en pleine construction, à l’image de ceux qui lisent son histoire.
Cependant on pourra être un peu dérouté par l’apparente symétrie avec Harry Potter…il faut bien le signaler, on retrouve beaucoup de similitude entre les deux héros tout au long du récit… la découverte du monde, la découverte de ces pouvoirs, la découverte de l’école, l’existence d’un mage noir, la découverte qui est le nouvel élu…
Un côté un peu déjà vu donc à ce niveau là…Mais on peut espérer que les tomes qui suivront creuseront le fossé entre Ephiphane et Harry Potter…
Par ailleurs certaines phrases semblent inutiles puisqu’elles réduisent le suspense comme par exemple : « notre héros ne savait pas encore que.. » ce qui est un peu dommage.
Mais dans l’ensemble ce premier tome d’Abradagascar est séduisant et le lectorat, entre 11 et 14 ans surtout, aura beaucoup de plaisir à lire cette aventure riche et merveilleuse.

 

A propos de Ménéas Marphil

Ménéas Marphil, de son nom civil Mario Pimiento, est né en 1952 au Grau du Roi dans le Gard, d’une mère française et d’un père d’origine espagnole.
Après des études en psychologie, il devient éducateur. Il découvre les modes d’enseignement alternatifs, crée un système éducatif basé sur le voyage puis se consacre à l’action humanitaire, avant de se fixer à Madagascar en 1996, sur l’Ile aux Nattes. Là, il enseigne le français et organise des excursions pour découvrir les baleines à bosse. C’est là que se met en place le monde de Pandor. Il commence alors à écrire, et ses notes de voyages deviennent des récits d’aventures.

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Histoire d'en lire

    Roman globalement bon sur un thème qui marche bien auprès des jeunes.
    Le gros problème, c’est ce manque d’originalité, ces nombreuses ressemblances avec la saga Harry Potter. Ca casse le plaisir de le lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.