21 printemps comme un million d’années de Camille Brissot

Age : 12 – 15 ans

Éditeur : Rageot ( 2019 )

220 pages

Note : [usr 4]

amazon

Victor et Juliette étaient deux amis inséparables mais depuis Juliette est morte. Elle n’avait que 21 ans. Trois ans plus tard, Victor raconte Juliette à des jeunes malades de l’hôpital où Juliette était. Il raconte l’histoire de leur tendre amitié, de cette jeune fille qui voulait vivre sa vie à 200%.

21 printemps comme un million d’années est la nouvelle édition d’un livre que Camille Brissot avait déjà publié en 2010, Sous une pluie d’étoiles. Presque dix ans plus tard, l’autrice a souhaité donner une nouvelle vie à ce roman et réécrire certaines parties.

De prime abord, on aurait envie de classer 21 printemps comme un million d’années dans la catégorie des romans « sick-lit », genre que l’on a plutôt eu tendance à découvrir chez des auteurs américains depuis le succès de Nos étoiles contraires, mais en réalité le roman de Camille Brissot ne nous parle pas tant de maladie et de deuil, mais plutôt d’une très belle amitié. Ainsi, Juliette et Victor se connaissent depuis l’enfance. Anciens voisins, ils ont toujours été très fusionnels et passent leur temps ensemble. Ils sont comme frère et soeur. Victor veille avec bienveillance sur la pétillante, tourbillonnante et téméraire Juliette, tandis que la jeune fille lui permet de mettre un peu de folie dans sa vie. Le duo fonctionne harmonieusement et c’est cela que Victor raconte, trois ans après le décès de Juliette, à ces jeunes filles malades venues l’écouter.

Les souvenirs sont déballés en vrac, au fil de l’eau. Les moments importants, précieux de cette amitié inoubliable et profonde. Cette narration en décalé donne au roman sa touche d’originalité et son intensité. Trois ans après, Victor n’a évidemment pas oublié ce qui rendait Juliette attachante et leur amitié forte mais jamais étouffante. Dans 21 printemps comme un million d’années, on découvre avant tout une jeune fille pleine de vie, tendre, avant une  malade, condamnée à mourir trop jeune. D’ailleurs, cette maladie n’est finalement pas si importante, elle n’a même pas de nom. Ce qui compte, c’est tous les instants que Juliette et Victor partagent ce dernier été là, cette amitié qu’on rêve tous de connaître.

21 printemps comme un million d’années est une lecture qui m’a touchée. Le texte est émouvant mais ne tombe jamais dans le pathos, comme si les trois ans qui séparent le décès de Juliette de la narration de Victor, avait aussi permis à Camille Brissot d’offrir une écriture qui ne soit pas dans l’instantané du décès mais dans le recul nécessaire qui accompagne tout deuil.

Pour finir, j’ai aimé le personnage de Victor, sa maturité face à une Juliette plus survoltée et sa manière de raconter son amie.

En quelques mots :

Un roman sur une amitié forte sans jamais être étouffante. 21 printemps comme un million d’années nous raconte Victor et Juliette, trois ans après le décès de cette dernière. Une narration devant des jeunes filles malades qui l’on connue, des souvenirs déballés au fil de l’eau. C’est une lecture intense et touchante, écrite avec beaucoup de pudeur et qui sublime cette amitié particulière qu’on rêve tous de connaître.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.